Les Français et l’achat de médicaments sur internet

Oui...mais jamais sans mon pharmacien ! Une enquête réalisée par Ipsos pour Doctipharma

Ipsos -logo

A l’occasion du salon annuel PharmagoraPlus, Doctipharma publie un sondage sur la vente en ligne de médicaments sans ordonnance (seuls médicaments autorisés à la vente sur internet en France). Cette enquête a été réalisée du 11 au 20 février 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 Français âgés de 18 ans et plus (méthode des quotas INSEE : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération).

Au moment où le gouvernement doit se repencher sur les conditions d’exercice de la vente en ligne de médicaments, l’enquête réalisée par Ipsos pour Doctipharma montre que les Français sont prêts à acheter leurs médicaments sur internet mais seulement s’ils ont la garantie que leur pharmacien est là à chaque étape de la dispensation :

De nombreux Français sont encore mal informés et pensent que la vente de médicaments sur internet n’est pas du tout contrôlée en France (64%) et que la plupart des médicaments sont des contrefaçons (69%)
Mais 60% des Français sont prêts à acheter leurs médicaments sans ordonnance en ligne  dès lors qu’ils sont sur le site d’une pharmacie
Le rôle du pharmacien reste central pour les rassurer (92%) et les accompagner sur l’achat de médicaments en ligne.


L’achat de médicaments sans ordonnance par internet : un usage qui tend à se développer

- Aujourd’hui, 6% des Français ont déjà acheté un médicament sans ordonnance par internet.
- Cependant, l’achat en ligne est appelé à se développer : plus d’un tiers des Français prévoit de se procurer par internet leurs médicaments sans ordonnance (34%) dans les 5 prochaines années.
- La première motivation d’achat de médicaments sur internet est de constituer son armoire à pharmacie pour 7 acheteurs sur 10.


Cette tendance se renforce lorsque les français ont la certitude d’être sur le site d’une pharmacie : 6 Français sur 10 sont dès lors prêts à passer à l’acte

- 46% des interviewés sont persuadés que dans les prochaines années, la possibilité d’acheter ses médicaments sans ordonnance par internet par le site d’une pharmacie va se généraliser.
- 60% des personnes interrogées sont prêtes à acheter leurs médicaments en ligne sur le site d’une pharmacie. Lorsqu’ils ont l’assurance que ce site est celui de « leur » pharmacie, ils sont 70%.
- Ils attendent également des avantages concrets pour les convaincre de passer par internet : le paiement sécurisé (75%), des prix moins élevés (70%), le retrait de la commande chez son pharmacien (71%), la gratuité (71%) et la rapidité (66%) de la livraison


Ils sont aujourd’hui encore mal informés sur les dispositifs visant à sécuriser leurs achats de médicament en ligne, mais très conscients des risques potentiels

- 64% pensent que la vente de médicaments sur internet n’est pas du tout contrôlée en France
- 1 français sur 5 pense aujourd’hui que la vente de médicaments sur ordonnance est autorisée sur internet en France.
-  Pour 69% des Français, la plupart des médicaments que l’on trouve sur internet sont des contrefaçons. Ils pensent massivement aussi que l’on a plus de risque d’acheter des médicaments incompatibles entre eux que dans une pharmacie (87%).


Pour les rassurer, le rôle du Pharmacien reste central tout au long du parcours d’achat

- Pour les Français, le pharmacien est avec le médecin, le professionnel de santé le plus à même les rassurer sur l’achat de médicaments sur internet (92% des Français lui feraient confiance), devant le ministère de la santé (78%), l’Ordre des Pharmaciens (77%), les laboratoires pharmaceutiques (44%) ou encore les sites d’information médicale (39%).
- Les patients expriment de très forts besoins de réassurance sur le fait que le pharmacien soit toujours « présent » pour les conseiller et les rassurer, notamment sur le fait que le site sur lequel ils achètent est bien celui d’une pharmacie (80%), qu’ils puissent toujours être informés sur l’incompatibilité avec d’autres médicaments (64%), leurs effets secondaires (62%) ou encore la posologie (61%). Le rôle de conseil restera donc prépondérant.
 

Vers de nouvelles missions pour le pharmacien et de nouvelles attentes des patients ?

- De nouvelles attentes liées à l’émergence d’internet et à la médecine connectée pourrait aussi rapidement émerger. Ainsi, 55% des patients se disent intéressés par la transmission via mobile de leur ordonnance à leur pharmacien qui les alerterait que leur commande est prête (55%).
46% des interviewés souhaiteraient pouvoir disposer de fiches pratiques de conseil sur des problèmes de santé qui peuvent les concerner.
- Près d’un patient sur cinq voudrait pouvoir prendre des rendez-vous pour des entretiens pharmaceutiques (20%).
- L’usage des technologies numériques et leur mise en réseau continue de générer de nouvelles possibilités dans la prise en charge de la santé. Face à ces nouvelles opportunités, le pharmacien semble être appelé par les patients à jouer un rôle central.

 

Enquête Doctipharma-IPSOS réalisée du 11 au 20 février 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 Français âgés de 18 ans et plus (méthode des quotas INSEE : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération).

Les conseils de pharmaciens
sante (83)beaute (27)grossesse-bebe (17)minceur (8)
*
  •  SAV
    01 41 34 88 88

    du lundi au vendredi de 9h30-12h30/14h-18h

  •  Paiement
    sécurisé
  •  Délai d'expédition
    de 24h à 48h
  •  Origine controlée
    des produits
  •  Données de santé
    protégées à 100%